ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Instrumentation, Mesure, Métrologie

1631-4670
Revue des Systèmes
 

 ARTICLE VOL 10/1-2 - 2010  - pp.7-7
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ
L’industrie européenne se tourne de plus en plus vers la fabrication de pièces à haute valeur ajoutée. La production d’éléments de grande précision ou de sécurité est un domaine dans lequel les entreprises du vieux continent peuvent espérer maintenir une activité industrielle dans le long terme. Ainsi, dans les secteurs du transport, du nucléaire, du médical, où la vie des individus est le critère prépondérant par rapport à celui du coût, un nombre croissant de pièces et de structures doit être contrôlé soit pendant leur production, soit au cours de leur utilisation ou lors d’opérations de maintenance. Ce contrôle est non destructif (CND) s’il ne modifie pas l’état de l’objet inspecté. Une simple liste des méthodes de CND couramment utilisées – courants de Foucault, ultrasons, émission acoustique, radiographie, thermographie – pour ne citer que celles qui se prêtent à une mesure quantitative, suffit à justifier ce numéro dans une revue interdisciplinaire comme I2M. À cette diversité thématique s’ajoute une multiplication quasi infinie des techniques, due à la très grande variété des matériaux, des géométries et des conditions dans lesquelles doit s’effectuer le contrôle. Cette situation est naturellement une source très riche d’activité pour les laboratoires universitaires et industriels, mais elle est aussi un handicap pour l’enseignement de cette discipline. Ceci explique que la part consacrée au CND dans les différents cursus ne soit pas en rapport avec son importance économique dans des domaines essentiels comme celui des transports, de l’industrie nucléaire et du génie civil. L’objectif de ce numéro n’est donc pas de présenter un tableau complet de toutes les méthodes et techniques actuellement employées. Les articles sélectionnés proposent des solutions prometteuses, capables de résoudre de nouveaux problèmes liés à l’apparition de matériaux plus performants ou de technologies récentes, ou bien de faire progresser de manière significative la qualité du contrôle de façon à satisfaire à l’exigence d’une sécurité accrue. Certains articles montrent l’importance de la simulation numérique, afin de limiter le nombre d’essais malgré la multiplicité des configurations. D’autres font ressortir l’apport potentiel de techniques émergentes, telles que l’association ultrasons et lasers, l’acoustique picoseconde ou l’acoustique non linéaire.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (40 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier